Piloophaz:L'eklypz

From Lyriki
Jump to navigation Jump to search
“L'eklypz”
Artist: Piloophaz
Albums: Noyau Dur (2000), Etat des Lieux (2001)
Lyricists: Piloophaz


Je suis l’Eklypz l’esprit sombre cause et conséquence du déclic....

L’Eklypz l’esprit sombre quand le bien émane de l’ombre
Quand la lumière que l’on t’offre est froide telle les catacombes
Combien d’hommes sont tombés inanimés pour leurs idées
Hideux cadavres d’êtres voulant juste s’exprimer
Non primés réprimés privés de liberté d’expression
Délivrant les peuples de l’illusion grâce à l’esprit de contradiction
Ma diction je la poursuis sans peur sur percussion
Risquant donc un jour de finir devant le peloton d’exécution.
Car la prohibition du savoir est totale intégrale
Ma quête du saint Graal montrer à l’homme qu’il n’est qu’animal
La mal réincarné depuis des siècles en ce bipède
En bien il s’est déguisé tombant le rideau de ténèbres
L’homme est son pire ennemi pensée malsaine la haine il sème
Afin d’apprécier la vie chaque jour il se ment à lui-même
Et malgré son lourd bagage il poursuis dans la perfidie
Il se fait passer pour sage plonge la vérité dans l’oublie
Gérées sont les infos canalisées les connaissances
Même l’élève sur son bureau est maintenu dans l’ignorance
Grave les cerveaux sont rangés je représente le danger
L’ange qui peut tout déranger pousser le peuple à se venger !

Ma voix te fout la nausée hors contrôle jamais dosée
Hardcore et crue avec moi les problèmes tabous seront posés
Osez un peu ouvrir les yeux face à ce monde qui fout la gerbe
La lumière artificielle n’atteint jamais le poète en herbe
Toi qui voue tout ton fric à la française des jeux
Pendant qu’en Afrique des enfants ferment à tout jamais les yeux.
Toi la gamine qui douille et mouille devant des caricatures
En oubliant la trouille des dangers de ta vie future
Ca me dégoûte ! Ils finissent leur assiette coûte que coûte
Insensibles aux infos esclaves des résultats du foot
Juste ciel c’est débile mais dans mon pire cauchemar
Le juste prix le big deal sont synonymes d’espoir
Bonheur fictif le malheur s’estompe mais jamais en s’efface
Mon objectif balancer en pleine tronche cette vérité qui glace
Le Hip-Hop y est propice il lui permet de ressortir
Voici ma pierre à l’édifice aucune intention d’aller me repentir
Ils me font rire avec Adam et Eve dans leur jardin d’Eden
Nous on vie où les gens crèvent leur dépouilles bouffées par les hyènes
Appât saisis un jour ou l’autre par la faucheuse pas de paradis
Notre propre tombe on creuse telle est la vie d’ici !

Je rappe sûrement comme une merde mais j’en ai pas dans le cerveau
Je ne suis pas de ces gros veaux qui kéblo sur leur putain d’ego
Les légos ont animé mon insouciante enfance
Chez moi tout est construit et tourne autour de la conscience
La science ne m’est pas infuse mais ce que nos mix-tapes diffusent
C’est la vraie culture Hip-Hop notre seule et unique muse
Faut pas croire que ça m’amuse de décrire la réalité
D’user de multiples ruses pour atteindre l’hilarité !
Héritier d’une mentalité qui fait ma fierté
Mes parents m’ont inculqué l‘amour et la sincérité
Moi quand je rappe l’homme cède sa place à l’animal
Mon but n’est pas d’être esthétique mais de toucher là où ça fait mal
Et on peut me condamner pour mes propos je m’en fiche
Ma faim de vérité m’a valu le surnom d’Albert Fish
Cannibale musical qui sera toujours al pour mener une guerre tribale
Temps que se multiplieront les cabales
Peintre du monde qui m’entoure informateur de ceux qui y demeurent
Devoir envers les frères et sœurs bâillonnés du cœur
Ecœuré qu’on les empêche car la parole est une flèche
Et l’arc n’est possédé que par la tribu des hauts perchés !